L’écologie vue par…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

On pensait qu’avec l’arrivée d’un Trump à la présidence des Etats-Unis, il ne pouvait pas arriver grand-chose de pire à la planète ! Le premier choc passé, on reprend vaguement ses esprits et on se calme un peu… On verra bien et puis, on jugera « sur pièces » tout en sachant que la « casse » -et il y en aura fatalement- sera une épreuve douloureuse pour l’environnement et les écosystèmes en général ! Cela dit, notre riante et sémillante démocratie bien de chez nous, prend un chemin qui ne semble pas bien meilleur ce qui, pour être réaliste, est assez préoccupant (et que voilà un doux euphémisme) !

L’écologie vue par…

En effet, ne nous berçons pas d’illusions : l’investiture de François Fillon comme candidat de la droite à la prochaine présidentielle, s’apparente à une nouvelle guère plus réjouissante que celle de Trump outre Atlantique ! C’est que l’élu en question semble nous réserver quelques surprises qui, à l’évidence, risquent de faire de considérables dégâts mais, jugez-en par vous-même !

Nucléaire, NDDL, OGM, Gaz de schiste…

Ainsi, celui qui a toujours estimé que « l’écologie ne devrait pas être confiée aux Verts », considère que « le nucléaire doit être au centre de la politique énergétique française » ! Selon Fillon donc, il convient d’annuler illico presto la fermeture de Fessenheim et de prolonger la durée de vie des centrales de 40 à 60 ans ! Rien que ça ! Que l’amateur de rallyes automobiles soit « pour » le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes et souhaite une rapide expulsion des zadistes récalcitrants n’étonnera donc personne…

Les OGM, les produits phytosanitaires… en productiviste éclairé, Fillon en souhaite le développement tout comme par ailleurs il estime que le « principe de précaution » est « dévoyé et arbitraire » et qu’il convient ni plus ni moins de l’abolir ! Tout comme le candidat malheureux Juppé, Fillon n’exclu pas de revenir sur l’interdiction de l’utilisation de la fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste et appelle de ses vœux « la recherche et l’expérimentation »…

Chasse

Dans un entretien accordé à un site pro-chasse, François Fillon qui ne dédaigne pas la tauromachie non plus, dévoile son attrait pour la chasse et sa sympathie pour les disciples de Saint-Hubert : il est là en quelque sorte « en famille » et brosse amplement le fusillot dans le sens du poil !  C’est que celui qui estime que la chasse est « un droit et un devoir » n’en pense pas moins qu’il convient de protéger « les chasses, toutes les chasses, et les chasseurs. Comme il faut protéger d’autres traditions françaises que l’on veut nous enlever : des traditions culinaires comme le foie gras, les fromages au lait cru, l’élevage des bœufs, des chapons, les traditions taurines auxquelles je tiens particulièrement… » !

Pour Fillon en effet, on ne badine pas avec certains droits : « La liberté de chasser est un des acquis républicain les plus communément demandés lors de l’écriture des cahiers de doléances 1789. La chasse, c’est pour moi une des expressions les plus ancrée de la liberté populaire. La chasse est non seulement indissociable de la ruralité et de la vie à la campagne avec la pêche, mais aussi représente un lien social et intergénérationnel unique. » !

L’écologie vue par…

L’entrevue complète est en ligne et donc aisément consultable pour quiconque souhaiterait se faire une idée plus précise et complète de la démagogie de l’individu en question ! Il est commun que les hommes politiques s’abaissent à des points abyssaux en période électorale : rien de bien nouveau donc de ce côté-là , Fillon n’innove pas ! Il est toutefois symptomatique de constater que les questions liées à l’environnement et aux animaux sont soit traitées avec un parfait détachement voire avec dédain soit, comme c’est le cas ici, qu’elles soient bonnement bradées en échange de quelques suffrages nauséabonds ! Ces gens-là n’ont manifestement aucun scrupule à ratisser le plus large possible ni à flirter si nécessaire avec le populisme le plus répugnant ! Mais, là encore, rien de bien nouveau…

Fillon, l’ami de Poutine, a visiblement désormais trouvé sa voie (céleste ?) et un auditoire béat d’admiration et d’espoir : que lui importe par conséquent de froisser quelques susceptibilités et de piétiner des certitudes (du reste bien fragiles) alors que la victoire suprême semble lui tendre les bras !

C’est donc pétri de ses convictions –somme toute bien personnelles- qu’il avance sur l’échiquier de la présidentielle en martelant des arguments qui fait frémir d’aise son désormais public. Ainsi : « il veut moins d’enseignants, moins d’infirmières, moins de fonctionnaires, moins de postiers… Il veut faire travailler les gens plus longtemps dans la journée, dans la semaine, dans la vie. Il veut supprimer 100 milliards d’argent public ; il veut que les riches paient moins d’impôt. Il veut que les fortunés ne paient plus leur impôt. Il veut que les pauvres paient eux-mêmes leurs maladies, sauf les graves, mais il faut discuter de ce que c’est une maladie grave… il ne veut plus que la Sécu rembourse les lunettes, les dents, les oreilles. Il veut que les syndicats aient moins de pouvoir. Il veut que ça soit plus facile de licencier… il veut négocier avec Bachar et-Assad… Il veut une Europe des nations. Il veut qu’elle ne se mêle de rien l’Europe sauf pour limiter l’immigration… Il veut lâcher la bride aux loyers. Il veut que les collectivités locales se démerdent. Il ne veut pas que les couples homosexuels adoptent pleinement des enfants. Philosophiquement et compte tenu de sa foi, il est contre l’avortement. Il veut interdire la procréation médicalement assistée pour les femmes seules et les couples de femmes. Il veut plafonner les indemnités chômage. Il veut supprimer le RSA. Il veut soumettre les aides sociales à la recherche d’emplois qui n’existent pas. Il croit que la richesse « ruisselle ». Il ne parle pas de lutter contre l’évasion fiscale. Il veut augmenter de deux points la TVA. Il veut que les jeunes étrangers nés en France n’aient pas automatiquement la nationalité française mais la demande à 18 ans (un étranger né et élevé en France ? Mais, c’est quoi alors un étranger ? Et c’est qui les Français)… » (1).

A ma connaissance, Fillon n’a pas évoqué le sort du loup en France mais, gâchons que, là aussi, il saura être ferme et déterminé… pour le plus grand bonheur de ses « amis » les chasseurs !

Fillon/Trump… ou le goût exquis de l’authenticité !

Que ce soit loin, là-bas, aux Etats-Unis ou ici, chez nous, il y a donc bien des similitudes dans une situation politique qui ne laisse véritablement rien augurer de bon !

Fabrice Nicolino (2) l’analyse ainsi : « Ce qui me préoccupe un poil plus que l’élection de ce dérisoire Fillon… c’est le sort des écosystèmes et de ses habitants humains, animaux, végétaux. Nous devons trouver en nous un courage que nous ne soupçonnons même pas. Celui de dire définitivement non à ce monde à l’agonie. Celui d’oser en proposer un autre ».

JLS

  1. Extrait de « François qui ? » de Marie Darrieussecq (Charlie Hebdo n° 1272-7 décembre 2016)
  2. Blog de Fabrice Nicolino : Planète sans visa

Article paru dans le n° de janvier 2017 de la revue "Vivre en Harmonie"

Publié dans Point de vue

Commenter cet article

Martina 16/01/2017 15:09

Tout est dit et bien dit....
N'oublions pas que les électeurs seront responsables... alors donnons nous la peine de réfléchir et bien réfléchir...

Jean-Louis 16/01/2017 18:00

Merci Martina ! Content de voir que tu es toujours là !
Pour ce qui est des élections qui se profilent, je serais tenté de dire comme ci-dessous : on est vraiment dans la merde !!!
Au secours...

M-weowa Noctis Gwynbleidd 15/01/2017 09:44

Là on est dans la merde...