L'Australie va tuer deux millions de chats

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Attention, cet article peut heurter la sensibilité des amoureux des chats. Le gouvernement australien vient en effet d'afficher un objectif terrifiant : tuer deux millions de ces félins d’ici à 2020. L'annonce a fait bondir Brigitte Bardot, qui a dénoncé « un génocide animalier inhumain et ridicule ».

Photo : JLS

Photo : JLS

Mais alors pourquoi ? D'après une étude publiée début janvier dans le journal Biological Conservation, les chats sauvages auraient conquis au moins 99,8 % du territoire australien. Or, ces chats harets ne sont pas que des adorables boules de poils, mais sont aussi d'excellents chasseurs.

 

Ils sont ainsi accusés d’être responsables de la disparition d’une trentaine d’espèces endémiques de l'île-continent, principalement des mammifères, comme le bandicoot-lapin à queue blanche ou la souris sauteuse d’Australie à grandes oreilles. Et des dizaines d'autres mammifères, oiseaux et reptiles seraient menacés…

 

Poisons et chiens sauvages comme armes anti-chats

 

Les chats harets étaient à l’origine des animaux domestiques, mais ont été laissés dans la nature et vivent depuis comme des animaux sauvages grâce à leurs remarquables talents de chasseurs. Selon une étude financée par le gouvernement australien intitulée « Comptabiliser une menace à l’échelle d’un continent : combien y a-t-il de chats sauvages en Australie ? », ce félin serait « l’une des espèces invasives les plus destructrices ».

 

En juillet 2015, le nombre de ces mammifères était estimé à 20 millions. Toutefois, l'installation de caméras a permis de revoir ce chiffre drastiquement à la baisse : selon les périodes, entre 2 et 6 millions de chats se baladeraient en liberté sur l’île-continent. Mais le gouvernement australien est déterminé à éliminer ces chats qui menacent la biodiversité, y compris dans les parcs nationaux. Différents types de poison pour les attirer sont à l'étude, et des tests sont effectués pour évaluer l'efficacité des dingos (chiens sauvages) dans la chasse aux chasseurs.

 

Pour l'instant, aucune zone spécifique n'a été ciblée pour commencer l'extermination des chats harets, le gouvernement australien souhaite agir de manière globale. Les ailurophiles n'ont pas fini de s'inquiéter…

DDM-FLEUR OLAGNIER (18 janvier 2017)

Publié dans Environnement, Animaux

Commenter cet article

Denise Stefani 19/01/2017 12:20

Si tout le monde faisait stériliser les chats, ils ne se reproduiraient pas !
C'est trop facile : on laisse faire la nature et après on tue !
C'est monstrueux...

Denis S. 19/01/2017 12:16

En moins de 4 siècles ont été introduits pêle-mêle en Australie: buffles, lapins, dromadaires, renards, chiens, chats, moutons, chèvres, crapauds buffles, pigeons bisets, chevaux, cochons… sans oublier une cinquantaine d'espèces d'insectes et la sinistrement célèbre myxomatose (liste non exhaustive) !
Une fois de plus, les catastrophes et les excès d'aujourd'hui trouvent, tout comme les désastres géopolitiques actuels, leur origine dans les erreurs d'hier...

Qui sème le vent récolte la tempête...

Martina 19/01/2017 09:49

Mais c'est du grand n'importe quoi que de mettre du poison !!!! La bêtise humaine est sans limite...
Il faudrait peut-être commencer par se poser quelques questions.... S'imaginent-ils que tous les autres animaux sauront que c'est du poison ? Et les dingos ??? après ce sera leur tour, les pauvres...
Pour réguler les populations, c'est en rendre un maximum stériles avec de la nourriture, comme certaines villes le font pour les pigeons, alors qu'ailleurs et tout près de chez nous, ils sont attrapés et tués de façon horrible !!!