Industrie agro-alimentaire : business contre santé

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Cette enquête de l’équipe de "Cash Investigation " révèle les recettes inavouables des géants de l’agroalimentaire. Elle explique notamment pourquoi le jambon est rose et pourquoi les étiquettes des produits sont incompréhensibles.

Industrie agro-alimentaire : business contre santé

Rien qu’en France, le secteur réalise un important chiffre d’affaires : 170 milliards d’euros par an. C’est dire si cette industrie a du poids, des réseaux et de l’influence... De la Bretagne au Danemark en passant par la Californie et le Wisconsin, Sandrine Rigaud a enquêté pour dévoiler comment ces mastodontes de l’assiette ralentissent ou orientent les décisions de santé publique.

 

En France, par exemple, pour lutter contre l’obésité, le gouvernement souhaite rendre les étiquettes plus lisibles. Mais les industriels ont des méthodes pour torpiller ce projet...

 

Après une année d'investigation, le magazine dévoile comment l'industrie agroalimentaire influence les états notamment dans le domaine de la santé publique. Avec peu de scrupules et au mépris de la santé des consommateurs, certains industriels du secteur n'hésitent pas faire pression sur les gouvernements grâce au soutien de lobbies et à l'appui de scientifiques à leurs bottes.

 

Avec des enjeux financiers importants, l'industrie agroalimentaire use de pratiques peu morales et est prête à sacrifier la santé des hommes pour s'octroyer plus de profits.

 

Intitulé "Cash investigation spécial Industrie agroalimentaire : business contre santé", cette enquête se penche notamment sur le jambon et sa couleur rose que les enfants apprécie particulièrement. En réalité, ce rose vient du sel nitrité, une préparation qui réunit du sel et du nitrite de sodium, l'additif E250. Le jambon serait gris après cuisson sans lui, sauf qu'il jouerait un rôle dans le développement du cancer colo-rectal...

Vidéo : Cash investigation - Industrie agro-alimentaire : business contre santé / intégrale (2 :15 :16)

Publié dans Voir ou revoir...

Commenter cet article