Un photographe agressé en baie d’Authie : « J’ai senti quelque chose dans le dos. C’était un fusil ! »

Publié le par Jean-Louis Schmitt

« Te retourne pas, ou il y aura un accident de chasse ». L’agression, dont dit avoir été victime un photographe amateur berckois dimanche matin à Fort-Mahon, est digne d’un film hollywoodien. Il était en embuscade en baie d’Authie pour immortaliser des oiseaux, quand des chasseurs lui auraient pointé un fusil dans le dos...

La Baie d’Authie.

La Baie d’Authie.

On est dimanche matin. Comme souvent, Jacques*, un photographe amateur berckois de 72 ans, enfile sa tenue de «  chasseur de photos  », sort ses plus gros objectifs, et choisit son « spot ». Cette fois, ce sera la baie d’Authie, côté Fort-Mahon, pour immortaliser des aigrettes. C’est la «  première fois  » qu’il teste ce lieu-dit « du fer à cheval ».

Le Berckois se cache, «  à genou dans une espèce de ruisseau  », prêt à mitrailler sa proie, l’œil collé à son téléobjectif. C’est à ce moment-là, vers dix heures, qu’il dit avoir été agressé par des chasseurs. «  J’ai senti quelque chose dans le dos. C’était un fusil ! Une personne m’a dit «Te retourne pas ou il y aura un accident de chasse», et un autre «On t’avait prévenu».  »

« C’était hyper rapide »

Le photographe ne bronche pas, pendant que les chasseurs – «  peut-être deux, voire trois personnes, je ne les ai pas vues  » – lui donnent des ordres tout en lui tapant le haut de la tête «  du plat de la main  ». Ils lui auraient demandé de retirer les cartes mémoire et les batteries – «  Ils disaient qu’il y avait peut-être un GPS dedans  » –, avant de s’attaquer au matériel. L’un des agresseurs aurait alors donné un coup de botte dans un premier appareil photo, avant de jeter l’autre dans la boue. «  C’était hyper rapide ! Après, ils m’ont dit «Tu comptes jusqu’à 100 et tu te casses».  »

« Plus de 8 000 euros de matériel »

Le Berckois raconte être resté un quart d’heure sur place, le temps de retrouver ses esprits. Sur le chemin de retour, il croise des chasseurs, qu’il insulte copieusement. «  Je croyais que c’était eux qui m’avaient agressé.  » Une discussion s’engage et le président de l’association de chasse sur le domaine maritime de la baie d’Authie sud, Éric Kraemer, est appelé à la rescousse. Il invite le photographe à déposer plainte. Ce qu’il fait dans la foulée, accompagné d’un policier municipal. «  J’ai l’impression que ce n’était pas moi qui était visé, mais quelqu’un d’autre. On aurait dit une opération de représailles contre une personne  », pense-t-il. En attendant, il compte les dégâts : «  plus de 8 000 euros de matériel  ».

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie de Rue, dans la Somme.

La Voix du Nord (04/11/2014)

* Prénom d’emprunt, le photographe ayant préféré garder l’anonymat vu la gravité des faits.

 

Commenter cet article