Perturbateurs endocriniens : le cadeau discret mais majeur au lobby des pesticides

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est un paragraphe qui n’a l’air de rien, ajouté tout en bas du document à la dernière minute. Il évoque, dans une formulation aussi tortueuse qu’impénétrable, une dérogation pour les produits agissant sur « la mue et/ou la croissance des organismes nuisibles ». Mais, reformulé en langage commun, il s’agit ni plus ni moins d’une concession de la Commission européenne au lobby des pesticides.

Perturbateurs endocriniens : le cadeau discret mais majeur au lobby des pesticides

Quelques jours avant Noël, mercredi 21 décembre, avec trois ans de retard, la Commission doit soumettre au vote sa proposition de réglementation sur les perturbateurs endocriniens, ces produits chimiques omniprésents, capables d’interférer avec le système hormonal des êtres vivants à des doses parfois infimes. Cette proposition est censée appliquer une disposition très stricte du règlement européen sur les pesticides : l’interdiction des pesticides qui seront reconnus comme perturbateurs endocriniens.

Ce sont donc les critères qui permettent de les identifier que la Commission a élaborés et que les représentants des Etats membres doivent adopter ou rejeter. Le vote se tiendra au sein du comité permanent de la chaîne alimentaire et de la sécurité animale après six mois de tractations.

Si le diable se cache dans les détails, le paragraphe inséré par la Commission à la dernière minute n’a, lui, rien d’anecdotique. Alors que le « règlement pesticides » exige de retirer les perturbateurs endocriniens du marché, il crée une dérogation pour tout un groupe de pesticides qui ont justement la particularité… d’être des perturbateurs endocriniens. Certains pesticides, en effet, anéantissent les insectes ou les plantes dits « nuisibles » aux cultures en agissant sur leur système hormonal pour bloquer leur mue ou leur croissance. En d’autres termes, ce sont des pesticides qui ont été conçus pour être des perturbateurs endocriniens. Or, plutôt que de se servir de cette connaissance pour les identifier et les interdire, la Commission propose qu’ils soient épargnés.

Demande du trio BASF, Bayer et Syngenta

Cette dérogation majeure est en fait une vieille demande de l’industrie des pesticides. Elle a été développée par le trio des fabricants de pesticides qui seront les plus touchés par la réglementation : les géants allemands BASF (numéro un mondial de la chimie) et Bayer (en cours de fusion avec Monsanto), ainsi que le groupe suisse Syngenta. Dans un document daté de 2013, des employés de ces trois groupes plaident en faveur d’une « dérogation » pour ce qu’ils désignent comme « les perturbateurs endocriniens par conception » : « Au sens strict du terme, ces produits correspondraient à la définition de perturbateur endocrinien, puisque leurs mécanismes endocriniens et leurs effets nocifs pour les populations visées sont souhaités et bien décrits. (...) Une catégorie d’exemption pour ces produits chimiques devrait être déterminée. »

Le nouveau paragraphe ressemble à s’y méprendre à l’article écrit par les employés des fabricants de pesticides.

Or, la dérogation est problématique pour les êtres vivants, qui pourraient être affectés par ces pesticides perturbateurs endocriniens : des plantes aux coccinelles, en passant par les écureuils alentours, soit tous ceux que la loi qualifie d’« organismes non-cibles » mais qui sont, eux aussi, équipés d’un système hormonal susceptible d’être piraté par ces produits.

Désherbant classé « cancérogène possible pour l’homme »

Si aucune évaluation des conséquences de cette clause sur l’écosystème n’existe, elle aura sans nul doute un impact positif pour l’industrie. D’après les informations qu’a pu réunir Le Monde, correspondraient à cette dérogation une quinzaine d’insecticides et une poignée d’herbicides comprenant le 2,4-D, un désherbant d’ailleurs classé « cancérogène possible pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en 2015.

Selon les calculs effectués par l’ONG Générations futures, la dérogation concernerait plus de 8 700 tonnes de produits commerciaux par an, rien que pour la France. François Veillerette, le porte-parole de l’ONG, s’indigne : « C’est aberrant dans une réglementation qui veut supprimer les perturbateurs endocriniens pour protéger l’écosystème. »

« Cette demande ne vient pas de nous, mais des autorités allemandes », a assuré au Monde Graeme Taylor, directeur des affaires publiques de l’Association européenne pour la protection des cultures (ECPA). L’organisation de lobbying de l’industrie des pesticides rejette depuis le début la proposition de la Commission « dans son ensemble », considérant qu’elle « ne va pas assez loin ».

Majorité incertaine, proposition coupée en deux

Incertaine d’obtenir une majorité mercredi, la Commission européenne a coupé sa proposition contestée en deux. La première partie scientifique comporte un volet environnemental, dont fait partie cette nouvelle dérogation, et un volet santé humaine, qui fait également l’objet de vives critiques de la part de la communauté scientifique compétente, des ONG et de certains Etats membres, dont la France.

Tous dénoncent l’insuffisance du texte pour protéger la population des maladies que l’on relie à une exposition aux perturbateurs endocriniens (cancers, problèmes de développement du cerveau, infertilité, diabète, etc.).

La seconde partie de la proposition, sur les aspects réglementaires, contient elle aussi une dérogation substantielle. Si elle était conservée, les risques posés par les pesticides perturbateurs endocriniens seraient évalués au cas par cas après leur mise sur le marché, alors que la loi requiert leur interdiction a priori. Cette partie est non seulement jugée illégale par le Parlement européen, les ONG et certains pays, mais Le Monde avait révélé fin novembre, documents à l’appui, qu’elle reposait sur des conclusions écrites à l’avance par une agence officielle européenne.

« Ces propositions sont inacceptables, et elles ne répondent ni à l’inquiétude croissante du public, ni à la mobilisation pour une véritable action qui réduirait [la présence des] perturbateurs endocriniens dans notre vie quotidienne », dénonce la coalition d’ONG EDC-Free Europe. Une pétition en ligne de l’organisation SumOfUs, appelant à rejeter le projet, a recueilli plus de 260 000 signatures.

Au plus haut niveau politique européen, où l’on estime avoir fait « un bon travail », on avance qu’il a fallu composer avec une « controverse scientifique » sur les perturbateurs endocriniens. Une centaine de scientifiques respectés ont pourtant mis en garde les décideurs contre une « manufacture du doute » financée par les industriels dont les intérêts commerciaux sont menacés, à la manière de l’industrie pétrolière avec le changement climatique (Le Monde du 30 novembre). Des faits qu’un responsable européen balaye pourtant comme tout autant de « théories complotistes ».

Le Monde-Stéphane Horel (20/12/2016)

 

Lire : Perturbateurs endocriniens : la fabrique d’un mensonge

Commenter cet article

Jpl 22/12/2016 08:47

Quelques personnes ont attaqué l'état très récemment pour manquement à la prise de mesures anti pollution atmosphérique, si ce fait se généralisait avec un nombre important de plaignants ou d'associations pour regrouper, nos politiques véreux y regarderaient peut être à deux fois avant de "composer avec les controverses scientifiques " pour au final autoriser ce qui nuit notre santé et la planète.

Agnès Robert 22/12/2016 07:03

Mais quand les politiques vont-ils enfin être à la hauteur de leur tâche de protection publique pacifique et effective et cesser de baigner dans la corruption (que l'on appelle avec délicatesse et masque lobbying) et enfin interdire tous ces poisons de malheur ?
Encaisseraient-ils autant que les pourvoyeurs de poisons ?
Car être aveugle et destructeur d'avenir à ce point, il faut reconnaître que cela interroge...
Pour faire allusion à un jugement de "justice" inique récent, Lagarde de notre république est décidément bien basse...