En Vendée, des paysans défendent la biodiversité

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour faire rimer production agricole et protection de l'environnement, la Ligue de Protection des Oiseaux soutient l'installation de projets innovants et respectueux de la biodiversité.

© Alain Rétrif / LPO85

© Alain Rétrif / LPO85

L'utilisation toujours croissante des pesticides, l'artificialisation des sols, la stérilisation de la terre par l'érosion et le dérèglement climatique sont autant de nuisances qui ne menacent pas seulement la nature, mais qui pèsent aussi sur l'avenir de notre humanité. Forts de cette conviction, des militants de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) de Vendée ont décidé de passer à l'action en créant des réserves naturelles dans lesquelles l'homme a toute sa place. « Certains opposent l'activité humaine à la protection de l'environnement, c'est un tort », affirme d'emblée Frédéric Signoret, président de la LPO du département.

 

« Pour préserver la biodiversité qui nous fait vivre, nous devons dépasser la simple approche réglementaire et les discours moralisants. Il faut agir concrètement sur le terrain en montrant qu'il est possible de développer une activité humaine, économiquement rentable, sans mettre en péril la biodiversité. » D'autant que cette dernière est plus menacée qu'il n'y paraît : « On constate une baisse des populations chez des oiseaux comme le rouge-gorge ou l'hirondelle qui, jusque-là, ne semblaient pas touchés », poursuit Frédéric Signoret. La faute notamment aux pesticides, provoquant la disparition des insectes dont se nourrissent les oiseaux.

 

« Les espèces les plus menacées sont aujourd'hui les plus communes. La diminution du nombre d'agriculteurs entraîne l'agrandissement des parcelles, l'intensification d'intrants, de drainage et l'arrachage de haies. » A l'inverse, la LPO a observé un retour des oiseaux menacés sur les parcelles qu'elle a acquises, comme les limicoles nicheurs ou les barges à queue noire. « Le Marais breton est un territoire exceptionnel, idéal pour la valeur ajoutée pas pour une production industrielle. » Pour rétablir l'équilibre naturel, rompu par des décennies de mauvaises pratiques, l'association prône des activités agricoles respectueuses de l'environnement qui permettront aux humains de vivre harmonieusement dans leur milieu. « Il y a un destin commun entre nos sociétés rurales et la préservation de la biodiversité ».

 

Depuis 2008, la Ligue de protection des oiseaux de Vendée a donc lancé une campagne d’achat de foncier, soit 160 hectares à vocation écologique dans le Marais breton (nord-Vendée) et dans le sud du département, afin d’installer des exploitations agro-écologiques. Constituées en réseau, baptisé les « paysans de nature », une soixantaine de fermes en font déjà partie. Pour mettre en valeur son action, la LPO-Vendée a réalisé en 2015 une expo intitulée « Paysans de nature : Regards croisés sur la ferme ». Composée d'une trentaine de panneaux, cette expo itinérante présente ces nouveaux paysans qui intègrent la biodiversité comme un atout.

 

« Grâce aux terrains acquis, nous permettons à de jeunes agriculteurs de s'installer et nous finançons indirectement des activités économiques là où il n'y en avait plus. » Avec ses 800 adhérents, ses 270 bénévoles répartis en cinq groupes locaux et ses onze salariés, la LPO-Vendée mène de nombreuses actions sur le terrain, cherchant à encourager les initiatives individuelles et collectives en faveur de la nature, en contribuant au développement économique durable. C'est l'un des objectifs du programme « paysans de nature », une expérience pilote en France.

 

« Ayant moi-même eu l'occasion de lancer mon exploitation, je me suis aperçu qu'il était plus facile de reprendre une ferme que de créer une réserve naturelle, qui demande dix ans de travail », témoigne Frédéric Signoret. Cet amoureux de la nature entend « redonner de l'espoir » à ses contemporains. Pour lui, la pratique de l'agroécologie est une manière concrète de « réconcilier l'homme avec son environnement » et de « participer à la construction d'un monde différent ».

 

Laurent Grzybowski publié le 31/10/2016

 

 

Pour en savoir plus :

 

LPO – Agir pour la biodiversité, La Brétinière, 85000 La Roche-sur-Yon.
Tél : 02 51 46 21 91 / 02 51 49 76 53
Mail : camille.condette@lpo.fr
Site : http://vendee.lpo.fr/

 

Forte d'un siècle d'engagement avec plus de 42.000 adhérents, 5.000 bénévoles actifs, 400 salariés sur le territoire national, et d'un réseau d'associations locales actives dans 79 départements, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) est aujourd'hui la première association de protection de la nature en France. Présidée par Alain Bougrain-Dubourg, elle œuvre au quotidien pour la protection des espèces, la préservation des espaces et l'éducation à l'environnement.

Vidéo : Ligue pour la Protection des Oiseaux en Vendée (3:06)

Commenter cet article