Un (long) voyage intérieur et solidaire

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Céline Bugnon et Stéphane Blaise ont entamé au printemps depuis la Drôme un périple de trois ans et quelque 10 000 km au profit d’une association qui soutient des enfants malades et handicapés. Ils ont fait étape au début du mois au col du Litschhof à Wingen.

Céline et sa mule Symphonie, Stéphane et son âne Marius, et les deux chiens Kali et Baya, prêts à reprendre leur cheminement après leur escale au Litschhof. Photo : DNA

Céline et sa mule Symphonie, Stéphane et son âne Marius, et les deux chiens Kali et Baya, prêts à reprendre leur cheminement après leur escale au Litschhof. Photo : DNA

Le 7 novembre, rentrant tard dans la nuit, le forestier André Schmitt et son épouse Félice avaient constaté qu’une tente était dressée dans la prairie faisant face à la maison forestière du Litschhof à Wingen. Au matin, ils ont vu s’extirper de ce frêle abri mobile un couple, et ont constaté la présence d’animaux. Comme il faisait -5° C ce matin-là, le forestier a invité les campeurs à se réchauffer dans la maison avant de leur servir un petit-déjeuner bien chaud.

André Schmitt et son épouse ont ainsi pu apprendre que ce couple, qui marchait pour une bonne cause, avait entamé un tour de France le 23 mars dernier au départ de Nyons dans la Drôme. Dans leur périple, Stéphane Blaise avec son âne Marius et Céline Bugnon avec sa mule Symphonie, accompagnés des chiens Kali et Bayah, ont ainsi passé une nuit « à la belle étoile » sur les hauteurs de Wingen.

17 000 euros collectés

Céline Bugnon, 39 ans, de nationalité suisse, était secrétaire d’avocat. Sentant sa vie peu épanouie, elle a concrétisé son rêve de toujours : réaliser un grand périple et un « voyage intérieur » avant d’avoir 40 ans. Sur Internet, elle a rencontré Stéphane Blaise, 43 ans, journaliste, chef d’agence à La Tribune de Montélimar.

Ce dernier a déjà quelques courses à son actif avec son âne, qui a aujourd’hui 11 ans : « Lui et moi partons dès que possible parcourir les sentiers de l’Hexagone. En 2007, un voyage initiatique a changé ma vie : j’ai découvert que la randonnée au long cours pouvait être une invitation au voyage intérieur, une plongée à la découverte de soi-même, un cheminement personnel et intime, en quête de soi. Avec mon compagnon Marius, nous avons foulé monts et vallées, traversé des forêts, dormi dans des champs, marché sous la pluie et fait de belles rencontres. Sur le chemin du retour est née l’idée de poursuivre l’aventure l’année suivante, mais cette fois en l’associant à une bonne cause. En 2008, nous avons ainsi marché pour la lutte contre la mucoviscidose. Depuis, chaque année, Marius et moi avalons plusieurs centaines de kilomètres tout en récoltant des dons pour une action caritative. Après “La Virade de Marius”, nous avons renouvelé notre action en 2009 puis en 2010 pour Gabriel, un petit garçon polyhandicapé de Condorcet dans la Drôme. Depuis 2011, c’est pour Solidarité Elisa, une association de la région de Montélimar qui aide financièrement des familles d’enfants malades et handicapés, que nous marchons. En sept ans, nous avons ainsi cumulé 5 200 km sur les sentiers de la Drôme, du Vaucluse, des Cévennes, des Hautes-Alpes et de l’Isère, mais aussi de la Bourgogne, et avons récolté près de 17 000 euros. »

Jusqu’au Portugal

Aujourd’hui, Céline et Stéphane, qui a vendu sa maison et s’est mis en congé sans solde, sont en route pour un périple de trois ans et quelque 10 000 kilomètres, par étapes de 15 km, pour « profiter des paysages et trouver une paix intérieure ». Mais, comme ils le soulignent, « sans rien de calé, tout est improvisé ». L‘itinéraire qui les a menés en Alsace est ainsi passé par l’Isère, la Suisse, le territoire de Belfort, le massif vosgien et se poursuivra par le Palatinat avec comme objectif de passer Noël à Reims.

Ensuite ce sera la Bretagne, Saint-Jacques-de-Compostelle, le Portugal et retour via l’Espagne (Séville) avant Lourdes. « Ce projet de grande envergure au profit de Solidarité Elisa, né en 2012-2013 et baptisé “Marius Tour de France”, nous le vivons riches, grandis de chaque épreuve et de chaque merveille, portés par un vent de liberté. En marge d’une vie quotidienne à toute allure, marcher au pas de l’âne, dans la communion avec la nature, est un don ! »

En prenant congé de la famille Schmitt au Litschhof, Céline et Stéphane, conscients qu’ils peuvent aussi faire de mauvaises rencontres, se disent heureux de rencontrer le plus souvent des gens bienveillants, solidaires, des gens heureux qui ne sont pas forcément riches ! Car leur moteur pour avancer, c’est l’aspect humain avant tout.

http://heureuxquicommemarius.com/et www.solidarité-elisa.fr

DNA-Hub K (25/11/2016)

Publié dans Insolite, Portrait

Commenter cet article