Nucléaire : la facture de Fukushima double encore une fois

Publié le par Jean-Louis Schmitt

42 milliards d'euros, puis 80 et maintenant 170. Selon le quotidien économique "Nikkei", le gouvernement japonais a encore lourdement réévalué son estimation du coût de la catastrophe nucléaire survenue à Fukushima à la suite du tsunami du 11 mars 2011.

Selon le Nikkei, le gouvernement a réévalué le montant de la seule indemnisation des victimes de Fukushima à 8.000 milliards de yens. Mais une commission d'experts a révisé en octobre les évaluations de Tepco et du gouvernement en indiquant que les des indemnités dépasseront allègrement cette somme. (Photo: Le 12 mars 2011, examen de la contamination radioactive de la population évacuée des abords de la centrale accidentée.) Crédits : Reuters

Selon le Nikkei, le gouvernement a réévalué le montant de la seule indemnisation des victimes de Fukushima à 8.000 milliards de yens. Mais une commission d'experts a révisé en octobre les évaluations de Tepco et du gouvernement en indiquant que les des indemnités dépasseront allègrement cette somme. (Photo: Le 12 mars 2011, examen de la contamination radioactive de la population évacuée des abords de la centrale accidentée.) Crédits : Reuters

Le total de la facture nécessaire notamment à l'indemnisation des victimes et au démantèlement de la centrale de Fukushima Daiichi est désormais estimé à plus de 20.000 milliards de yens (170 milliards d'euros).

Le ministre du Commerce avait auparavant estimé à 11.000 milliards de yens (80 milliards d'euros) le coût de la catastrophe, dont 5.400 milliards d'indemnisations, 2.500 pour la décontamination, 1.100 pour la construction d'un lieu de stockage des sols contaminés et 2.000 milliards pour le démantèlement de la centrale administrée par l'énergéticien japonais Tokyo Electric Power (Tepco) .

Mais le chiffre sur lequel se fondait le gouvernement auparavant était de "seulement" 5.800 milliards de yens (42 milliards d'euros), estimation deux fois trop basse avait déjà dénoncé, en août 2014, Kenichi Oshima, professeur d'économie environnementale à l'Université Ritsumeikan est catégorique.

Aujourd'hui, la facture dévoilée par le Nikkei se détaille ainsi :

Des coûts qui reposeront sur le contribuable

Selon plusieurs sources proches du dossier citées par le Nikkei, une partie de cette augmentation sera reportée sur les coûts de l'électricité. En 2014, l'universitaire Kenichi Oshima avait déjà pointé du doigt le fait que ces coûts vont reposer sur les citoyens, en tant que contribuables si l'État paye, ou en tant qu'utilisateurs de courant via la facture émise par la compagnie si elle finit par rembourser les sommes avancées. En théorie, Tepco, sauvée de la faillite par les pouvoirs publics, est censée rendre l'argent avancé.

Sollicité, le ministère japonais du Commerce s'est abstenu de tout commentaire.

REPERE:
Le 11 mars 2011, un violent séisme de magnitude 9 puis un tsunami dévastateur ont abouti à l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi, la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986.

latribune.fr (avec AFP) 28/11/2016

Publié dans Nucléaire

Commenter cet article