NDDL : vers un coup d’arrêt à l’aéroport ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

NDDL : vers un coup d’arrêt à l’aéroport ?

C’est confirmé : le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) a du plomb dans l’aile. Hier, le rapporteur public de la cour administrative d’appel de Nantes a demandé l’annulation d’arrêtés préfectoraux autorisant les travaux. La magistrate estime que la construction de ce nouvel aéroport nantais, déclaré d’utilité publique en 2008, entraînerait une dégradation certaine des milieux aquatiques, et qu’il existait par ailleurs une « alternative avérée » à Notre-Dame-des-Landes, sur l’actuelle infrastructure Nantes-Atlantique.

Le tribunal doit donner sa décision sous quinze jours. En général, les préconisations du rapporteur public sont suivies par la justice administrative mais dans ce dossier, tout semble désormais possible.

C’est une première victoire pour les opposants au projet. En première instance, le 17 juillet 2015, le tribunal administratif de Nantes avait validé l’autorisation des travaux. La majeure partie des requérants avaient fait appel de ces jugements, à l’exception d’Europe Écologie Verts (EELV).

Une annulation des décrets pourrait offrir une porte de sortie au gouvernement, embourbé dans ce dossier. Malgré le référendum du mois de juin, où le « oui » au projet l’a emporté par 55,17 % des voix, les occupants de la « Zone à défendre » (ZAD) de NDDL refusent de quitter les lieux. Manuel Valls, le Premier ministre, avait annoncé l’évacuation de la zone par les forces de l’ordre à l’automne. Ségolène Royal, sa ministre de l’environnement estime, elle, qu’il faut « arrêter les frais », sur ce dossier.

DNA-08/11/2016

Publié dans NDDL

Commenter cet article