Le (petit) miracle du jour...

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Certains matins, les températures avoisinent (déjà) 0° ! Les mangeoires à oiseaux sont en place et les premiers visiteurs n’ont pas tardé à les repérer…

Luc -un fidèle abonné- nous adresse quelques photos prises sur le vif en ce début de saison hivernale ! MERCI à lui.

Photos : Luc Haettel
Photos : Luc Haettel
Photos : Luc Haettel
Photos : Luc Haettel
Photos : Luc Haettel
Photos : Luc Haettel

Photos : Luc Haettel

Pourquoi nourrir les oiseaux sauvages ?

Proposer de la nourriture et de l’eau aux oiseaux permet de les aider à survivre à l’hiver, en particulier que d’importantes sources de nourriture naturelle se sont maintenant raréfiées (disparition des haies). Ceci permet aussi d’observer plus facilement les oiseaux.

Des espèces d’oiseaux communs peuvent en effet décliner. En Grande-Bretagne, la Grive musicienne a par exemple diminué de -50 % en 25 ans, le Merle, l’Etourneau ou l’Accenteur mouchet de -25 %. Les nourrir pendant l’hiver peut donc contribuer à compenser ces tendances.

Quand la neige survient le nombre d’oiseaux peut baisser à cause de la mortalité des plus faibles individus, mais aussi parce que le voisinage propose également des mangeoires remplies et qu’il y du choix ! Mais quand la neige fond, les oiseaux restent vulnérables et dépendants, donc une fois que quand vous commencez à nourrir ne cessez pas brusquement.
L’idéal est de les nourrir modérément mais régulièrement, avec de l’eau toujours disponible.

Ne laissez pas de la nourriture accumulée, en particulier par temps chaud et humide, car une mangeoire détrempée favorise les maladies (Salmonelles), en particulier si elle est souillée par des déjections. Ne disposer qu’un jour ou deux de réserves.

N’installez pas votre mangeoire trop près d’une vitre, les oiseaux risquent en effet de la percuter en cas d’envol précipité.

Sources : LPO

Publié dans Le miracle du matin

Commenter cet article