La Fille de Brest : David contre le Goliath Mediator

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Dans La Fille de Brest , Emmanuelle Bercot revient sur l'affaire du Mediator. Un film très efficace tiré du livre d'Irène Frachon qui avait dénoncé la toxicité mortelle de ce médicament prescrit comme coupe-faim.

La Fille de Brest : David contre le Goliath Mediator

Il arrive que la réalité dépasse la fiction. Dans les années 2000, une pneumologue au CHU de Brest, Irène Frachon, découvre qu'il existe un lien entre les malades, des morts suspectes et la prise du Mediator, un médicament commercialisé depuis trente ans. Elle mène une longue et difficile enquête avant de publier en 2010: Mediator 150 mg. Combien de morts? (Éditions Dialogues). Courageux, le directeur de la maison d'édition a réussi à maintenir le sous-titre qu'avait tenté de censurer le laboratoire Servier, mis en cause dans l'ouvrage.

Un an plus tard, Emmanuelle Bercot achète les droits du livre avec l'idée de le transposer à l'écran. Irène Frachon s'en réjouit, elle admire la réalisatrice et fera office de consultante «médicale». En 2015, Emmanuelle Bercot tourne son long-métrage en Bretagne, à Brest donc, à Paris aussi. En particulier dans les locaux du Figaro, où travaille Anne Jouan, la journaliste qui a révélé l'affaire le 14 octobre 2010.

En répondant à la question cruciale: Combien de morts? Le nombre de décès, d'abord évalué à 500, passe à 2000… Les autres médias alors s'engouffrent dans la brèche ouverte par le quotidien. Suivra un scandale aussi retentissant que celui du sang contaminé. Autant de matière à faire un film. En septembre dernier, La Fille de Brest a été présenté à Toronto et a ouvert le dernier festival international du film de Saint-Sébastien, où il n'a pas laissé indifférent.

À corps perdu

C'est Sidse Babett Knudsen, 47 ans, connue pour son rôle dans la série danoise Borgen et qui a reçu le César du meilleur second rôle pour sa prestation dans L'Hermine aux côtés de Fabrice Luchini, qui incarne Irène Frachon. Son nom aurait été suggéré à Emmanuelle Bercot par Catherine Deneuve.

Sidse Babett Knudsen est également à l'affiche d'Inferno de Ron Howard. Elle s'est investie à corps perdu, peut-être parfois à outrance, son personnage frôle l'hystérie dans ce rôle de battante qui n'aura de cesse de faire éclater la vérité.

Il y a de quoi perdre la raison. Irène Frachon affronte les institutions, les laboratoires et les services de l'État. C'est la lutte du pot de fer contre le pot de terre, David contre Goliath. On pense forcément à Erin Brockovich, seule contre tous, de Steven Soderbergh avec Julia Roberts (2000). Bien que, contrairement à l'héroïne américaine, divorcée et mère de trois enfants qui a du mal à joindre les deux bouts, Irène Frachon est une femme mariée et une mère de famille plutôt heureuse. Et elle est soutenue dans son combat par ses proches, par une équipe de chercheurs, ainsi que par un spécialiste de médecine interne, Grégoire Le Gal, incarné sous la blouse blanche, par un Benoît Magimel au mieux de sa forme.

Après l'excellent Elle s'en va (avec Deneuve), La Tête haute, présenté hors compétition à Cannes, et son prix d'interprétation, toujours sur la Croisette, pour Mon roi de Maïwenn, Emmanuelle Bercot livre un film fort, dense, intense et accessible. Qui avance au rythme des états d'âme d'une femme téméraire, exemplaire.

La Fille de Brest, drame d'Emmanuelle Bercot. Avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel… Durée: 2 h 08.

Source : Figaroscope (23/11/2016)

Vidéo : LA FILLE DE BREST Bande Annonce (2016) (1 :45)

Publié dans Voir ou revoir...

Commenter cet article