La démocratie malade

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L'élection probable, à cette heure, du Républicain réactionnaire, chasseur, D. Trump, aux USA, contraire à toutes nos prévisions, traduit une maladie de la démocratie, en Amérique, mais dont d'autres symptômes se manifestent en Europe.

La démocratie malade

Le système dit "libéral" crée de l'injustice, des frustrations, une colère dans les milieux populaires qui rejettent les "élites".

Cette insurrection des gens modestes, victimes de la société mercantile, serait salutaire si les ouvriers, les chômeurs, les déclassés, les petits employés choisissaient la "bonne porte de sortie".

Or, à l'instar de ce qui intervint dans les années 1930, les peuples glissent vers la haine, l'aigreur, la réaction, l'insulte à l'intelligence et à la solidarité.

Le fascisme de notre temps n'a pas le même visage que ceux de Mussolini, de Hitler, de Franco… mais il est un fascisme.

Ces orientations de fond préparent, pour le monde, pour la nature et l'humain, des lendemains cruels. Car, selon l'adage : « Si les bons sentiments ne suffisent pas à faire une bonne politique, les mauvais en feront toujours une pire. »

Il faut sortir du "système libéral", mais par une autre issue de secours.

Gérard Charollois

Publié dans Point de vue

Commenter cet article