29 peupliers en sursis mobilisent les écolos

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L’abattage de 29 arbres qui devait démarrer dans la nuit, rue de St-Nazaire (au niveau de Soprema), sur la propriété du Port Autonome de Strasbourg (PAS) suscite une vague d’émotion chez les militants d’Europe Écologie - Les Verts, qui se sont retrouvés sur place, avec l’association Alsace Nature, pour une manifestation « symbolique ».

La chute de branches des peupliers vieillissants de la rue de Saint-Nazaire peut s’avérer dangereuse sur cet axe important pour les poids lourds, qui mène jusqu’au terminal des conteneurs sud. Photo DNA - JC Dorn

La chute de branches des peupliers vieillissants de la rue de Saint-Nazaire peut s’avérer dangereuse sur cet axe important pour les poids lourds, qui mène jusqu’au terminal des conteneurs sud. Photo DNA - JC Dorn

« Il ne s’agit pas de grimper ou de s’attacher aux arbres » , prévient Édith Peirotes, élue municipale écologiste. Mais plus sobrement d’installer des affiches sur les peupliers ciblés, pour « porter le combat de la préservation de la nature », et d’établir « une charte de bonnes pratiques ». Car, rappelle Leyla Binici, militante EELV, « cet abattage se fait dans un cadre tout à fait légal ».

Il s’agit plutôt de « dénoncer les coupes silencieuses, qui ont un impact non négligeable sur l’environnement. Cette manifestation sert également de démarrage à un travail de fond sur la question, afin de proposer des méthodes efficaces d’identification et de limitation de ces coupes », poursuit-on chez les écologistes.

En fin de vie

Du côté du Port Autonome de Strasbourg, on rappelle que « les 29 peupliers en question sont en fin de vie : les chutes de branches peuvent se révéler dangereuses et la chaussée est déformée par leur système racinaire ».

Par ailleurs, indique Émilie Gravier, directrice du développement et de la promotion du PAS, « les associations LPO (protection des oiseaux) et le GEPMA (protection des mammifères) ont été saisies du dossier depuis un an - les arbres ont été auscultés - et ont donné leur feu vert à “un abattage doux” des arbres - avec un système de rétention pour éviter les chocs brutaux -, et “de nuit” », sans dégâts pour la faune.

Enfin, un projet de replantation, dans le cadre de la restructuration de cette rue très fréquentée par les poids lourds (en direction du terminal des conteneurs sud), est prévu « dans les deux ou trois ans », précise-t-on au PAS. La société, rappelle-t-elle, s’est engagée en 2014 à une meilleure prise en compte de la biodiversité sur le millier d’hectares de sa propriété, qui ne comptent pas moins de 2 800 arbres.

Du côté de la Ville, on gère de manière détaillée « la cartographie des 80 313 arbres du domaine public - un chiffre encore en augmentation cette année », précise Christel Kohler

L’adjointe en charge de la thématique de la nature en ville indique qu’elle travaille avec ses partenaires du privé (comme le Port Autonome) à étendre sa pratique de replantation à proximité, pour chaque arbre coupé.

Par ailleurs, la recherche d’habitats d’autres espèces que les chauves-souris va être « gravée » dans une délibération qui sera portée au conseil municipal du mois de décembre, explique l’élue.

DNA-Philippe Dossmann (15/11/2016)

Publié dans Environnement

Commenter cet article