Balade naturaliste et historique autour d’Achen

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Photos : Jean-Louis Schmitt

Photos : Jean-Louis Schmitt

Achen est une commune située dans le département de la Moselle. Le village fait partie du Pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-Est.

Balade naturaliste et historique autour d’Achen
Balade naturaliste et historique autour d’Achen

Le blasonnement de la commune : la partie supérieure représente les armoiries du comte de la Petite-Pierre et la partie inférieure celles du comte de Bitche. Les deux clefs sont les attributs de saint Pierre, patron de la paroisse.

Epilobe à grandes fleurs. Photos : JLS
Epilobe à grandes fleurs. Photos : JLS

Epilobe à grandes fleurs. Photos : JLS

Epilobe à grandes fleurs (Epilobium hirsutum) encore appelée épilobe hirsute. C'est une grande plante formant souvent des colonies, aux feuilles sessiles, en partie engainantes, dentées, aux fleurs pourpres sur de longs pédoncules à l'aisselle des feuilles et à 4 pétales très échancrés, en grappes feuillues.

Elle est appelée aussi Epilobe hérissé en raison des poils hérissés qui parcourent sa tige. Les poils des aigrettes de ses graines furent un temps exploités pour tenter de remplacer la culture du coton mais sans succès.

Colchique d'automne. Photo : JLS

Colchique d'automne. Photo : JLS

Colchique d'automne (Colchicum autumnale). Le colchique contient de la colchicine (pour l'homme, troubles à partir de 10 mg, mortelle à partir de 40 mg) et il arrive fréquemment au bétail d'être intoxiqué. La colchicine, bien qu’utilisée en thérapeutique est un poison bloquant la division cellulaire.

L’intoxication par ingestion se manifeste par des troubles digestifs violents, des troubles sanguins et neurologiques. L’issue peut être dramatique. Il fut un temps où les jouets étaient souvent fournis par la nature. Dans la capsule du colchique d’automne, les graines cliquettent.

Il arrivait que des enfants cueillent des capsules, qui devenaient entre leurs mains des hochets assassins. Certains avalaient les graines, absorbant ainsi une dose fatale de colchicine. La dose létale est évaluée à 1 mg par kilogramme de poids corporel et une seule graine en contient environ 4 mg…

Photos : JLS
Photos : JLSPhotos : JLS

Photos : JLS

Bédégar. Photo : JLS

Bédégar. Photo : JLS

Bédégar (galle de l' églantier). Le Cynips du rosier (Diplolepis rosae) est un minuscule insecte de l'ordre des hyménoptères qui pond ses œufs dans les tissus des rosiers cultivés mais aussi dans les tissus des églantiers sauvages provoquant la formation de galles appelées « bédégars » ou « barbe de Saint-Pierre »…

Bryone dioïque. Photo : JLS

Bryone dioïque. Photo : JLS

Bryone dioïque (Bryonia dioica). Plante grimpante par ses vrilles, feuilles transformées et opposées aux feuilles, remarquables par leurs enroulements symétriques et alternés. Les tiges grêles peuvent atteindre jusqu'à 6 m de long. L’odeur des feuilles est assez désagréable.

Pâturages et pont romain. Photos : JLS
Pâturages et pont romain. Photos : JLS
Pâturages et pont romain. Photos : JLS

Pâturages et pont romain. Photos : JLS

Argiope frelon. Photos : JLS
Argiope frelon. Photos : JLS

Argiope frelon. Photos : JLS

Argiope frelon, Argiope rayée, Argiope fasciée, Épeire frelon ou Épeire fasciée (Argiope bruennichi).

L'argiope fait partie d'une famille d'araignées appelées "orbiculaires" car elles tissent des toiles spiralées, aériennes, très caractéristiques, avec une particularité propre à cette espèce : au centre de la toile se trouve une zone où les fils sont plus denses, et en zigzag. Cette zone s'appelle le "stabilimentum", et on a émis diverses hypothèses à son sujet : stabiliser la toile, la rendre plus solide, la rendre plus visible afin qu'un oiseau complètement myope ne la traverse pas, camoufler la présence de l'araignée, ou même transmettre à l'araignée des signaux plus clairs sur la taille et la consistance des proies qui s'y empêtreraient...

Voir également ici.

Oothèque de Mante religieuse. Photos : JLS
Oothèque de Mante religieuse. Photos : JLS

Oothèque de Mante religieuse. Photos : JLS

Oothèque de Mante religieuse (Mantis religiosa).

La ponte (200 à 300 œufs) est contenue dans une oothèque (sorte de "boîte à œufs"), ovoïde et très structurée, dont le constituant s'apparente à la soie des cocons de lépidoptères. Emise sous une forme blanche et crémeuse cette "soie" est brassée et agencée par les valves génitales, comme cette vidéo le montre. Au contact de l'air elle durcit très rapidement, adhère fortement au support, et brunit progressivement.

Grande sauterelle verte. Photos : JLS
Grande sauterelle verte. Photos : JLS

Grande sauterelle verte. Photos : JLS

Grande sauterelle verte ♀ (Tettigonia viridissima).

Ces sauterelles se reconnaissent à leurs très longues et fines antennes qui peuvent parfois atteindre jusqu’à trois fois la longueur du corps, ce qui les différencie des criquets, qui sont toujours porteurs d'antennes courtes et articulées.

Némate du saule. Photo : JLS

Némate du saule. Photo : JLS

Némate du saule (Nematus pavidus) : Nematus est un genre d'insectes de l'ordre des hyménoptères, du sous-ordre des symphytes, de la famille des tenthrédinidés appelés tenthrèdes ou némates.

Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS
Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS

Site et ouvrage du Haut-Poirier. Photos : JLS

L'ouvrage du Haut-Poirier est un ouvrage fortifié de la ligne Maginot, situé sur la commune d'Achen, dans le département de la Moselle.

C'est un petit ouvrage d'infanterie, comptant quatre blocs. Construit à partir de 1934, il a été abimé par les combats de juin 1940. Les travaux de construction s'étalent de 1934 à 1938. Le vendredi 21 juin 1940, les Allemands qui viennent de percer à travers le secteur de la Sarre attaquent le Haut-Poirier par le sud, soit par l'arrière de l'ouvrage.

Dépourvu d'armement d'infanterie tirant vers l'arrière, comme de tout soutien d'artillerie, le bloc 3 est percé, en provoquant la mort de trois soldats. Le commandement se résout à la reddition, juste avant l'armistice du 22 juin 1940. L'ouvrage est réparé dans les années 1950-1955 et est entretenu jusqu'en 1970.

Si les accès ont été murés pour limiter les incursions (et déprédations afférentes) à l'intérieur, qui est par ailleurs en bon état, les extérieurs de l'ouvrage sont en revanche visibles sans difficulté notable, ses cuirassements encore présents, tout comme un certain nombre de cloches factices en béton…

Publié dans Balades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martine 13/10/2016 13:04

bravo tres belles photos et textes

karin 05/10/2016 06:32

Un très beau reportage Jean-Louis, vraiment bravo. Il mérite d'être diffuser plus largement afin de faire connaître notre très belle région aux vacanciers ou autres visiteurs, car je crains que les autochtones ne voient toutes ces richesses. A mettre sur le site de la Grange aux Paysages à Lorentzen, par exemple ?
Un beau moment visuel pour une journée que je vous souhaite bien agréable.
karin