Bienvenue chez les maraîchers bios

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Que se passe-t-il sous les serres et dans les champs du Jardin de Marthe ? Réponse dimanche : David Hornecker et Lætitia Dessoye ouvrent leurs portes un an après la reprise de l’affaire familiale.

David Hornecker, 26 ans, et sa sœur Lætitia Dessoye, 33 ans, dans le verger. 1 200 pommiers, poiriers, pêchers et abricotiers ont été plantés depuis 1 an et demi. PHOTO : Charlotte THIERY

David Hornecker, 26 ans, et sa sœur Lætitia Dessoye, 33 ans, dans le verger. 1 200 pommiers, poiriers, pêchers et abricotiers ont été plantés depuis 1 an et demi. PHOTO : Charlotte THIERY

« On voudrait expliquer aux gens pourquoi les légumes poussent plus longtemps, répondre à toutes leurs questions », expliquent David Hornecker et Laetitia Dessoye avant les portes ouvertes de dimanche. David Hornecker est au jardin depuis 9 ans. Il a succédé à son père Maurice en 2015, qui a succédé à son père Alfred en 1977. Voilà pour la généalogie.

Lætitia Dessoye, sa sœur, avait quitté le nid familial et travaillé dans la grande distribution pendant 13 ans. Avant de revenir pour œuvrer avec son frère dans le Jardin de Marthe, du nom de la grand-mère. Elle s’occupe de l’administation, du commerce, du management, et donne un coup de main ailleurs quand il faut.

Deux activités distinctes sur le même site

Ils font faire le tour du propriétaire en égrenant les fruits et légumes qu’ils cultivent sur leurs 4,46 hectares (les terres comme la maison alsacienne sont propriétés de la Ville), situé au 9 chemin Goeb : aubergines, poivrons, tomates - c’est justement Maurice qui est en train de s’occuper des plants, des melons, des pastèques - oui, ça marche !-, de l’ail, des oignons, des fines herbes, des fraises, de la rhubarbe, plusieurs variétés de choux, du céleri, des artichauts, des concombres, des courgettes, des radis, des épinards, du fenouil, des patates douces, des petits pois, des courges, des betteraves, des navets…

Toute la production est bio et bénéficie du label Ecocert : « C’est important et puis, autant faire les choses bien ! », justifie David. La production est vendue sur place ainsi qu’au marché Bio de Mittelhausbergen, à la Nouvelle Coop de la Robertsau, et à la Nouvelle Douane.

Pour compléter, ils font venir des asperges, des fraises, des kiwis, des oranges et des citrons mais aussi des œufs.

Sur le même site, se trouve également l’atelier de conditionnement de pot-au-feu : les légumes ne sont pas produits sur place mais achetés à des producteurs locaux, non bios. Les enfants ont gardé cette activité créée par leur père, à destination de la grande distribution : « Il y a six salariés, les gens sont là depuis plus de 15 ans, et les producteurs comptent aussi sur nous », précise David Hornecker.

Les projets ne manquent pas : un hangar va être construit pour ranger le matériel agricole et le magasin, actuellement sous tente, va être remplacé par un bâtiment en dur...

Publié dans Jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guy 03/06/2016 19:12

Et l'adresse de ces braves gens??????????????

Jean-Louis 03/06/2016 20:53

9 chemin Goeb à La Robertsau (Strasbourg)